LE CAFE

              LE CAFE,

 

                     Aérophagie poétique.

 

Le café est un ami assidu

Il a le retour rythmé

Par le chauffe-eau du soleil.

 

Il y avait des granulés

Dans le bois dormant,

Il y a des grains décaféinés

Au fond du récipient.

 

Le goût dépend de sa vitesse -

(Etre énergétique me presse)

 

L’eau s’y mêle au blanc

Corps de goéland

C’est la tasse célibataire

Remplie d’air.

 

Le résultat n’est pas concluant

Fémininement parlant

Le café donne des coups dans le corps

Des trous d’air sous l’or.

 

                             A Colombes. 

 
 

Working