CAHIER N°3 DE POESIE

CAHIER N°3 DE POESIE

 

 

Une toute petite sélection puisée dans le dernier des cahiers :

 

 

 

Ci-gît ma colère. Elle n’explosera plus

Je suis passée à autre chose

J’ai perdu mon temps et j’ai bu

Je dors dans un animal rose

 

Son ventre a pour moi des vertus

Je n’oublie pas tout ce qu’il fut

Il m’a bien abordé griffu

Et tac-au-tac j’ai répondu

 

A présent j’écris et je mords

Les vers sont ma tribune encore

La lune a montré son brillant

Dessus ma dent.

 

Je dors dans un animal frais

Sa robe rappelle celle du vin

Elle est puissante et tend ses rets

Dans un univers vain.

 

*

 

Le fouet ça me dérange,

Ça a quelque chose de déréglé

Et si tu veux remettre mon front classique

Au centre de tes projets

Abandonne.

 

*

 

Il ne faut pas sortir quand tu as une écharpe

Douloureusement nouée au cœur

C’est une raison d’être au malheur

Ils sentent ta saignée

S’en font les agresseurs

Comme une famille de vautours -

Ne cherche pas l’amour

Et cette écharpe

N’est pas une harpe

Elle ne panse pas ta plaie en chantant

Ce que tu trouveras

Aimes-le chez toi.

 

*

​​

Blanc – j’ai fait le tour de l’œuf

D’ailleurs c’est cousu de fils – blancs

Je n’ai jamais rien vu de neuf

Et je sais tout prétendument

 

Pour éviter ce genre de blanc

Vint celui de l’hésitation

Trop grande timidité

Quand tous les invités

Se sont tus –

 

Grand blanc des esprits pointus

Et susceptibles d’être des anges

Blanc de la marguerite que mange

Le jaune rond.

 

Blanc des ailes qui dépassent

Sur les lacs de grandes brasses.

Blanc comme l’âme de qui s’endort

Et voisine l’or.

 

 

Date de dernière mise à jour : 12/12/2019