JACQUES ELLUL, Professeur

JACQUES ELLUL, PROFESSEUR

 

 

 

                                               « Alors le Philosophe vint et créa la Personne. »

                                               (Jacques Ellul)

 

       Un lieu commun est une banalité, une phrase tellement répétée que tout le monde y croit. Dans son livre Exégèse des nouveaux lieux communs, le philosophe du vingtième siècle Jacques Ellul décrit les lieux communs de son époque et les subvertit, les examine, les contredit.

Je retrouve son ancien élève à la terrasse d’un café.

« Jacques Ellul ? Je l’ai eu comme professeur à l’université de Bordeaux, en cinquième année de droit. C’était tard, en 1973.

-Vous l’aviez beaucoup ?

-Non… Deux heures par semaine.

-Le temps de faire un raisonnement… Vous avez déjà parlé ensemble ?

-Non, je n’ai jamais osé lui adresser la parole, lui parler à la fin d’un cours. C’était un excellent professeur. (Regardant le livre) : il nous faisait des lieux communs…

-Tu veux dire qu’il vous parlait de lieux communs ou qu’il en était lui-même traversé ?

-Je veux dire… Non ; il cherchait à nous faire penser, nous faire remettre en cause, et pour se faire, il travaillait beaucoup son cours. Ça ne venait pas par hasard, ses phrases. Je pense qu’il travaillait, qu’il écrivait la nuit. Il avait une maison à Pessac, dans la banlieue de Bordeaux, alors c’était la campagne, loin de tout… Là-bas il était tranquille… Il n’a pas voulu venir à Paris. L’Université de Bordeaux avait le même niveau que la Sorbonne et les institutions parisiennes.

-Sentait-on qu’il était en colère quand, par exemple, il remettait en cause quelque chose ?

-En colère ? Non pas du tout. Il n’y avait aucune colère chez lui. Ce n’était pas un violent, je pense qu’il avait horreur de la violence.

-Etait-il acide ? En effet, dans son livre sur les lieux communs il y a de l’acidité.

-Acide ? Non. Je ne savais pas.

-C’est donc au niveau de la plume, pas à l’oral.

-Ah, il était si bien, il était vraiment bien. Déjà, il aimait les jeunes ! Cela se ressentait…

-En effet il travaillait avec ses étudiants, ce n’est pas comme de les voir de loin et dire ils sont ceci, ils sont cela, du coup ça se sent dans un texte…

-Et puis il s’occupait de jeunes délinquants. Il était très généreux. Il avait été résistant, lui, pour le coup… Il était chrétien, anarchiste, mais la branche pacifiste de l’anarchie… Il connaissait très bien le marxisme… Ca fait du bien d’avoir connu dans sa vie des gens comme ça qui vous ouvrent, qui sont de grandes personnalités. (Prenant le livre) : « La femme trouve sa liberté (sa dignité) dans le travail », qu’en dit-il ?

-Que tout le monde fait la gueule à la maison depuis que la femme travaille.

-Ah c’est drôle, et bien tu vois, remarque, on n’était pas obligés d’être d’accord avec lui. Il ne nous enseignait pas pour nous convaincre d’une thèse. Nous faire noter le cours au tableau en disant vous aurez quinze sur vingt à la fin, ça ne l’intéressait pas. Il cherchait à nous faire penser par nous-mêmes.

-Et ça t’est arrivé de sortir de cours en réfléchissant, en remettant en cause plein de choses que tu pensais précédemment ?

-Bien sûr, souvent.

-Ah.

-Il était vraiment bien. Je ne sais pas s’il existe encore aujourd’hui dans le monde universitaire des personnalités de cet ordre.

-Il y avait aussi Bernard Charbonneau…

-C’était un ami de Jacques Ellul ! Lui aussi était bordelais. Sur quoi a-t-il écrit ?

-… L’écologie…

-Ah bien ! En effet l’écologie intéressait Ellul, l’aménagement du bassin-ouest aquitain, ça l’intéressait. »

Il me précise que son enseignant allait aux Etats-Unis, où il est beaucoup plus connu qu’en France. Il vivait avec son salaire de professeur - mais avec son œuvre, bien que forte d’une cinquantaine de livres, il ne vivait pas.

C’est une chance d’avoir connu Jacques Ellul. Son enseignement est peut-être la première porte d’entrée vers son œuvre. Sa vie est méritoire et ses livres ne dissimulent pas des taches infâmes. C’est pourquoi il reste un homme au timbre rassurant et digne de redécouverte.

 

Date de dernière mise à jour : 24/10/2019